B. Un rythme circadien

Rythme circadien : (du latin circa dies, “quasiment un jour”) Il s'agit d'un rythme biologique, d'une période d'environ 24h, durant lequel s'observent des variations de paramètre physiologiques. Ce rythme est basé sur certains indicateurs naturels, comme la lumière. En effet, notre organisme l'associe à l'éveil alors que l'obscurité est liée au sommeil.

 

 

Le rythme du sommeil dépend de deux types d'horloges biologiques: les horloges internes et externes.

L'horloge interne ,ou noyau supra-chiasmatique, est située dans une partie du cerveau appelé hypothalamus. Elle a pour fonction de régler les différents rythmes circadiens de notre organisme: que ce soit le sommeil, mais aussi le taux d'hormones, la température corporelle, la vigilence ou les fonctions immunitaires. Relié directement au nerf optique, donc à la rétine, le NSC va recevoir les informations lumineuses, nécessaires à sa resynchronisation constante avec le monde extérieur. Il enverra alors les informations à d'autres noyaux de l'hypothalamus et vers la glande pinéale, à l'origine d'une modulation de la température corporelle et d'une production d'hormones comme le cortisol et la mélatonine.

Mélatonine: hormone dite "du sommeil" sécrétée naturellement par la glande pinéale en l'absence de lumière. Elle est synthétisée à partir d'un acide aminé, le tryptophane, préalablement transformé en un neurotransmetteur, la sérotonine.

L'horloge externe est quant à elle constituée de facteurs externes appelés “donneurs de temps”. Les principaux sont:

  • La lumière (l'alternance jour-nuit)
  • Les contraintes sociales et professionnelle (contraintes et obligations sociales, rythmes scolaire ou professionnel..)
  • L'alimentation (les repas quotidiens pris à heures fixes qui rythment notre journée)

 

Ces stimulations externes sont à l'origine de notre rythme de 24h. D'après une étude, sans elles le rythme veille-sommeil persiste, mais s'allonge à 25h.

On peut donc affirmer que les deux horloges qui régulent notre rythme biologique sont en perpétuelle intéraction. Grâce à elles, l'organisme est parfaitement réglé.